Tuesday, 28 June 2016

CLEEN Foundation Holds Town-Hall Meeting in Kaduna State Towards Fostering Citizens’ Support for the War against Corruption in Nigeria

The word “corruption” in Nigeria today evokes strong sentiments and myriad feelings among Nigerians. For about three decades in the history of the nation; perhaps there has never been a time that the nation has been awash and bedeviled with the experiences of corruption and the use of the word like the present times and administration.  Corruption in Nigeria pervades most sectors of the public life. While cases of corruption also abound in the private sector in terms of monetary and administrative related corruption, the public sector is a key area that has been identified as a conduit for looting public funds by public servants. Recent cases of accused public officials (serving and retired) give credence to the urgent and critical need to make public institutions and structures more accountable and transparent in their dealings. Presently, the country ranks 136 among 168 countries in the 2015 Corruption Perception Index released by the Transparency International. This is a stark rating that calls for urgent need to deploy all necessary measures to stem the tide of corruption in Nigeria.
It has also been observed by a section of Nigerians that the current anti-corruption efforts of President Muhammadu Buhari would achieve very little unless it becomes a paramount agenda that can be pursued at the state and local government levels. This is because public opinion on the fight against corruption differs. For some Nigerians, it is indicative that it is an exclusive agenda of the sitting President that is driven only at the federal level, even though corruption exists at other levels (State and local government institutions and processes).  Whereas, some have observed strongly that the war against corruption is selective and targets only politicians of the former administration amongst other assertions.
Specific areas where corruption has been linked to States and Local Government Authorities (LGAs) are: joint account operation between states and LGAs, procurement and award of contracts and lack of transparency and monitoring in budgeting processes and implementation etc. The absence of data and information and a poor record keeping system from the Ministries, Departments and Agencies (MDAs) is a strong factor that has aided corruption at the lower levels of government. Thus, citizens’ engagement becomes pivotal for an open and transparent system of governance.
Citizens need to participate in these processes to demand accountability by claiming the space in the fight against corruption at the states and LGAs. As a civil society organization at forefront of justice sector reforms, CLEEN Foundation believes the essential legal instrument that could assist the citizens to check corruption within state institutions and processes at local level is the Freedom of Information (FOI) Act. This details the right of citizens to request and receive government-held documents which should allow for effective citizen engagement in public policy and governance. A free flow of information on government performance enhances participation and opens the door for civil society to engage itself in public policy.
The town hall meeting organized by the CLEEN Foundation will hold on Wednesday 29th June 2016 in Kaduna State with the theme: ‘Fostering Citizens’ Support for the War against Corruption in Nigeria' The meeting will build the capacity of community members and other key stakeholders at the state and local government levels on engaging with available tools and innovative channels to participate in the fight against all forms of corruption. Representatives from the leading anti-graft agencies will present papers and respond to open floor discussions on how citizens can be part of the fight against corruption thereby demanding accountability and transparency in the state institutions and local governance processes.  The Kaduna Town hall meeting will also focus on the cost of corruption in Nigeria with a view to offer perspectives to the citizens on the far-reaching negative effects corruption has engendered on almost all sectors of the economy namely:  infrastructure, security, welfare, economic, politics and health among others. The town hall meeting will provide a platform for information sharing from the agency representatives to the citizens on steps they could take to help strengthen the fight against corruption.

Similar Town hall meetings are planned for Lagos, Rivers and Benue States before the end of the year. These meetings will hopefully generate far-reaching effects that trickle down to the grassroots in making citizens more aware of corruption and the negative effects towards securing their commitment to fight it.  Through this sustained efforts across Nigeria, citizens’ engagement to demand transparency and accountability and generate crosscutting ideas to check corrupt practices within government and its institutions will be greatly enhanced.

Kaduna State presents a good starting point to promote our anti-corruption engagements given the goodwill from the State government as expressed in its readiness and openness to support such laudable efforts for an open society. Civil Society organisations in support of anti-corruption will continue to collaborate with such state governments in making public funds work for the people towards an open and accountable government.




La Fondation CLEEN tient une réunion à la mairie dans l’état de Kaduna  favorisant le soutien des citoyens  pour la lutte contre la corruption.

Le mot “corruption” au Nigeria aujourd’hui évoque des sentiments forts et illimités parmi les Nigérians. Pendant environ trois décennies dans l’histoire de la nation ; peut-être il n’y a jamais eu un temps que la nation a été inondée et tourmentée avec des expériences de la corruption et l’utilisation du mot comme les temps présents et de l’administration. La corruption au Nigeria imprègne la plupart des secteurs de la vie publique. Bien que les cas de corruptions abondantes soient également  lies dans le secteur privé en terme monétaire et administratif, le secteur public est un domaine clé qui a été identifié comme un conduit pour le pillage des fonds publics par les fonctionnaires. Des cas récents de fonctionnaires accusés (actifs et retraités) donnaient  crédit à  la nécessite urgente et essentielle pour rendre les institutions publiques et structurées plus responsables et transparentes dans leurs relations. A l’heure actuelle, le pays se classe 136 sur 168 pays dans l’indice de perception de la corruption 2015 publie par (Transparence International). Ceci  est une note austère qui appelle à un besoin urgent de déployer toutes mesures nécessaires pour endiguer la marée de la corruption au Nigéria.

Cela a été également observé par une section de nigérians que les efforts actuels de lutte contre la corruption du président Muhammadu Buhari atteindraient très peu qu’il ne devienne un programme essentiel qui peut être poursuivi au niveau de l’état et au sein des locaux. En effet, l’opinion publique sur la lutte contre la corruption diffère. Pour certains Nigérians, cela indique que c’est un programme exclusif du président actuel qui est seulement  dynamique au niveau fédéral, même si la corruption existe à d’autres niveaux (institutions gouvernementales, locales et procédures). Considérant que certains ont observé fermement que la lutte contre la corruption est sélective et ne vise que les politiciens de l’ancienne administration, parmi d’autres assertions.
Les domaines spécifiques où la corruption a été liée aux états et aux autorités  locales (AL) sont : la coopération de compte conjoint entre les états et les autorités locales, l’approvisionnement et  le prix des accords et le manque de transparence et de contrôle dans les procédures et la mise en œuvre, etc. L’absence de données et d’informations budgétaires  et le mauvais système de tenue des dossiers aux Ministères, Départements et Agences (MDA)  est un facteur important qui a aidé la corruption à un niveau bas du gouvernement. Ainsi, l’engagement des citoyens devient crucial pour un système de gouvernance ouvert et transparent.

Les citoyens doivent participer à ces opérations pour exiger la responsabilité de compte en revendiquant l’espace dans la lutte contre la corruption au niveau des états et  autorités locales. En tant qu’organisation de la société civile à la pointe des reformes du  secteur de la justice,  la Fondation CLEEN croit que l’instrument juridique essentiel qui pourrait aider les citoyens de vérifier la corruption au sein des institutions et des procédures au niveau local de l’état est  L’Acte de la Liberté d’Information (ALI). Cela détaille  le droit des citoyens de demander et de recevoir des documents venant du gouvernement qui devraient permettre l’engagement  efficace des citoyens dans les programmes publics et de gouvernance.  Une libre circulation d’information sur la performance du gouvernement favorise la participation et ouvre la porte pour la société civile de s’engager au programme public.

La réunion de la mairie organisée  par la Fondation CLEEN  tiendra le mercredi 29 Juin à Kaduna avec le thème : « promouvoir les citoyens de l’appui à la lutte contre la corruption au Nigéria ». La réunion  renforcera la capacité des membres de la communauté et d’autres intervenants clés au niveau de l’état et des autorités locales  en s’engagement avec  des outils disponibles et des chaînes innovantes pour participer à la lutte contre toutes les formes de corruption. Des représentants de principales agences anti greffe présenteront des papiers et répondront aux discussions de plancher sur la façon dont les citoyens peuvent faire partie à la lutte contre la corruption, exigent ainsi la responsabilisation et la transparence des institutions de l’état et les procédures de gouvernance locale. La réunion de la mairie de Kaduna mettra également l’accent sur le prix de la corruption au Nigéria en vue d’offrir des perspectives aux citoyens sur les effets négatifs de grandes envergures contre la corruption et engendre sur presque tous les secteurs de l’économie  y compris : les infrastructures, la sécurité, le bien-être, l’économie, la politique et la sante parmi d’autres. La réunion de la mairie fournira une plateforme pour le partage des représentants des organisations  aux citoyens sur les mesures d’informations qu’ils pourraient prendre pour aider à renforcer la lutte contre la corruption. Des réunions similaires sont prévues à Lagos, Rivers et Benue avant la fin de l’année. Nous espérons que ces réunions génèreront des effets qui ruisselleront jusqu’à la base en éduquant les citoyens de devenir  plus conscients à la corruption et les effets négatifs à l’égard d’assurer leur engagement de combattre une grande portée. Grace à ces efforts soutenus à travers le Nigéria, l’engagement des citoyens pour exiger la transparence et la responsabilité et de générer des idées transversales pour vérifier les pratiques de corruption au sein du gouvernement et de ses institutions sera grandement améliorée.


L’état de Kaduna présente un bon  point de départ pour promouvoir nos engagements anti-corruption étant donné la bonne volonté du gouvernement tel qu’il exprime dans sa vivacité et ouverture de soutenir tels efforts louables pour une société ouverte. Les organisations de la société civile à l’appui de la lutte contre la corruption continuera de collaborer avec les gouvernements ces états pour faire le travail des fonds publics pour le peuple envers un gouvernement ouvert et responsable.


Total Pageviews

Followers

Amazon Contextual Product Ads